mardi, décembre 17, 2013

L' Intelligence du Coeur - HeartMath - vostfr



Merci Florence Allexeline. 
Je partage ce point de vue et trouve que cette vidéo par delà le côté "publicitaire" peut ouvrir des perceptions nouvelles, des consciences à un aspect de l'Être. À Qui Ils sont et de l'importance de leur propre rayonnement et des conséquences sur le "tout".
Merci à toi pour cette pensée et n'hésites pas à mettre en partage la prochaine fois.
Amitiés

vendredi, mars 01, 2013

Ouvrez l’espace à l’intérieur de vous, en vous.


Nous sommes en 2013, il est donc essentiel dans cette année où beaucoup de choses s'ouvrent de célébrer, en nous cette plénitude la Vie. Bien sûr ce n'est pas toujours ce que nous voyons à l'extérieur. Mais ne devons-nous pas d'abord travailler notre intérieur ? 
Comment comprendre notre fonctionnement et qui nous sommes ?
Comment l'honorer et nous honorer en même temps ?
Cet enseignement d'un groupe de Créateurs de Mondes, reçu à travers mon canal, pourra peut-être nous y aider.
C'est ce que je souhaite à tous !


Ouvrez l’espace à l’intérieur de vous, en vous.
Ouvrez l’espace c’est à dire ressentez au maximum à l’intérieur du corps physique, matériel cet espace.

Il ne s’agit pas de vous envoler, comme diraient certains, de vous séparer.

Mais, d’expérimenter quelque chose d’autre, de différent.

De sentir votre corps de matière comme un support, comme un noyau.

Mais, en même temps qu’autour de ce noyau, de ce support, vous ressentiez l’espace en expansion, en extension, sans quitter la conscience des choses.

Parce qu’il est nécessaire que vous agrandissiez la conscience, afin d’être conscients et les uns et les autres, au maximum de ce que vous nommez le Tout. C’est à dire de la globalité des choses. Globalité à l’intérieur de vous, globalité aussi à l’extérieur, afin que les séparations apparentes à l’intérieur de vous, les bouleversements, les points d’interrogations, les inquiétudes parfois fondent et se dissolvent, non pas dans le vide, mais dans l’espace. Et cela est très différent. Parce que, la notion, les notions que vous avez parfois de ce que vous nommez « le vide »  sont fausses. Ce que vous nommez « vide » , vous pensez que c’est une sorte de négation des choses, qu’à l’intérieur il n’y a rien. Alors que ce n’est pas le cas. C’est l’Espace, ce sont les espaces.

Imaginez-vous que, pour que la Vie existe en sa plénitude, il est essentiel que cette vie puisse se mouvoir bouger et danser. Si vous –même vous n’aviez pas autour de vous un certain espace, vous ne pourriez vous mouvoir. Ce qu’il y a autour de vous, dans les lieux où vous, vous trouvez ce n’est pas du vide, c’est du plein. Mais c’est du plein en mouvement, c’est du plein en respiration, c’est du plein en extension, voire en expansion. Et, le fait que nous vous invitions à percevoir davantage les choses comme cela à l’intérieur de vous et autour de vous, vont vous permettre de plus en plus de sentir et de vivre l’Unité. L’Unité à l’intérieur de vous, mais l’unité en même temps avec ce qui est, ce qui est en vous, ce qui est autour de vous. Le mental humain individuel et collectif a créé ces séparations et les maintient par une sorte de commodité non consciente et, parfois fort consciente. Commodité de ce qui est parfois plus difficile à envisager. Il vous est plus facile, du moins en apparence de regarder les choses comme délimitées, séparées, limitées, bien marquées. Alors que si vous le réfléchissez, si vous le ressentez, si vous le percevez il n’y a pas de limites réelles. Il y a des délimitations que vos yeux de chair voient. Mais, les réalités sont tout autres. Il n’y a pas en fait de limites. Nous avons déjà dit, mais nous pouvons le redire, qu’il vous faut maintenant, qu’il vous serait nécessaire maintenant d’envisager et de percevoir les choses d’une toute autre manière. Au lieu de voir des dessins bien marqués, des formes pleines et des traits bien marqués, ce qui donne séparation, essayez d’envisager que vos yeux, en dehors du centre de la vision qui donne en fait le ton des choses, verraient comme des petits points pointillés, et que ce sont ces pointillés aménagés, dansant ensemble qui forment les formes. Et, que donc, ces formes mêmes sont mouvantes, même et, surtout les formes de vos corps, les formes des choses, les formes des murs de vos maisons, les formes de vos maisons elles-mêmes. Ah ! Bien sûr, le mental rationnel dit qu’il ne peut traverser la matière. Alors, qu’en fait c’est tout à fait possible.
Simplement pour traverser cette matière, que faut-il ? Que serait-il nécessaire ? Un changement, une accélération de fréquence, une mise en accord de deux fréquences ensemble. Lorsque les choses tournent à une certaine vitesse et que les vitesses ne sont pas les mêmes, alors il y a d’apparentes séparations. Mais, si vous accélérez les vitesses des mouvements, les vitesses des fréquences, les vitesses des particules, que se passe-t-il ? Les choses ne disparaissent pas, elles sont transformées. La densité change, mais la chose elle-même ne disparaît pas puisqu’elle au une vie. Et, c’est cela qu’il vous faut comprendre à l’intérieur de vous. C’est cela qu’il est nécessaire que vos cerveaux admettent, même si cela vous fait parfois chavirer le mental ou bien le cœur. Ce sont des notions qui ne vous sont pas encore familières, et  vous n’êtes pas certes, tout à fait familiarisés avec cela. Et, pourtant, il est important que peu à peu, la conscience, votre conscience, la pensée, votre pensée s’accorde avec ces réalités. Parce que ce sont les réalités vivantes des univers, ce sont les réalités vivantes de la Vie elle-même.

Vous accorder, enfants de cette Terre avec ces réalités, vous permettrait d’entrer plus facilement dans ce que vous nommez en votre langage « le mystère des choses », le mystère tout court : celui de la Création, celui de la Vie qui s’expanse en permanence. Quelque chose qui est figé, quelque chose qui est cristallisé par des mouvements trop densifiés a plus de mal à s’expanser, a plus de mal à se trans-former que quelque chose qui est malléable, qui est inscrit dans un mouvement permanent et qui est la danse infinie des molécules, des atomes, des photons de lumière et de toutes ces choses entre elles. Alors, bien sûr vous craignez parfois, le mental humain craint s’il s’accordait avec ce genre de choses, de disparaître. Il ne s’agit pas de cela. Il ne s’agit pas de disparaître, il s’agit de s’accorder avec une réalité plus lumineuse encore. Vous contenez ces réalités à l’intérieur de vous. Elles vous contiennent aussi, de la même manière que vous êtes contenus à l’intérieur de votre Terre, et qu’en même temps vous la contenez. Ces mouvements, ces perceptions, vous les admettez, vous commencez, pour certains du moins à les admettre. Vous ne les vivez pas encore sauf à de rares moments. Mais, considérez, dans vos méditations, dans les moments où vous vous posez tranquillement à l’intérieur de vous, que vous êtes unifiés, en harmonie avec toutes ces choses. Et, que pour quelques instants vous demandiez à toutes ces séparations artificielles de se gommer à l’intérieur de vous, de se gommer à l’extérieur.
Ressentez simplement quelques instants une lumière infinie, une chaleur immense, une fréquence, un mouvement, un tourbillon. Ne cherchez pas à  contenir, ne cherchez pas non plus à contrôler. Laissez-vous être dans les mouvements permanents de cette Vie, de cette danse. Parce que c’est l’une des clés de votre existence, de la Vie qui pousse, de la Vie qui danse à l’intérieur de vous, de la Vie qui danse et qui est vous. C’est votre clé. C’est la clé de votre évolution, de l’évolution de votre Terre, de l’évolution de votre univers, de l’évolution de vos Consciences. Parce que vos Consciences ne sont pas figées. Elles se forment, elles forment, elles transforment, elles créent. Elles créent des formes depuis des éons et des éons. Et ces formes-là ne sont pas figées. Elles ont une apparence, certes, et vous avez chacun et chacune, une apparence visible, c’est normal. Mais au-delà de cela, vous avez aussi quelque chose de bien plus grand. Vous avez une densité lumineuse, un peu si vous voulez le comparer, comme un ensemble de photons de lumière.

Votre Conscience, la vie de votre Conscience, la vie de votre Etre, c’est cette masse de photons lumineux. Et la Conscience à l’intérieur de cette « masse » de photons lumineux, la Conscience, votre Conscience s’amuse et en fait un grand jeu, parce qu’elle sait qu’elle dispose de cette globalité. Elle en dispose comme elle le désire. Elle en dispose avec un Amour infini, comme vous-même si vous aviez en face de vous une boule de terre. Vous la façonneriez pour en faire quelque chose de toute beauté, votre création, que vous aimeriez, que vous accompagneriez, que vous honoreriez et célébreriez. Eh bien, imaginez-vous, enfants de cette Terre que votre Conscience, que votre identité de Lumière fait la même chose avec vous. Elle vous façonne, elle vous aime, elle vous célèbre, elle vous contemple et elle danse avec vous. Elle a mis en vous le mouvement de la Vie, le mouvement de la matière de cette vie. Oh ! Bien sûr, si vous essayez d’imaginer votre Conscience, la Conscience de lumière qui vous porte et qui est vous, vous avez parfois bien du mal. Parfois vous allez voir cette Conscience ayant une forme similaire à la vôtre, mais plus lumineuse. Vous allez juste peut-être percevoir une chaleur, quelque chose, un mouvement ou alors une lumière plus grande. Ne cherchez pas à ce que votre mental, le mental de votre corps de matière se représente de manière absolument définie et séparée, cette Conscience que vous êtes.

Laissez votre Conscience vous envahir, et laissez-vous envahir, envelopper et enveloppez-la. Laissez-la se poser doucement cette Conscience qui est vous, à l’intérieur de vous, à l’endroit où vous souhaitez. Bien sûr qu’elle est à l’intérieur de chacune de vos cellules, mais, vous pouvez lui demander de se faire connaître à vous sous quelque forme, sous quelqu’apparence, sous quelque perception, sous quelque souffle, sous quelque murmure peut-être, afin que vous soyez conscient de l’expansion et de la vie une. Même si cette vie a de multiples dimensions, elle est Une. Et c’est parce qu’elle est une qu’elle peut justement être dans ces multiples dimensions. Et, c’est l’unité, et c’est l’union, la réunion de ces multiples dimensions qui est globalisée, réunifiée dans le UN et dans le Tout. Oh ! Certes, si vous voyez les créations de vous-même, les extensions, je pourrais dire les expansions de votre Conscience comme des morceaux séparés et sans aucun lien entre eux, vous aurez plus de difficulté à percevoir comment la globalité, comment le UN, comment l’ensemble est inter relié à l’intérieur de chacune des dimensions.

Mais avez-vous du mal à sentir que dans vos corps de matière il y a des milliers voire des milliards de cellules ? Que votre corps matériel, que votre aspect physique et matériel est fait aussi de plusieurs parties. La tête ne ressemble pas à la main. La main ne ressemble pas au pied, le bout du nez ne ressemble pas à l’oreille et, pourtant cela forme un tout, cela forme une unité, cela forme une beauté. C’est ainsi que vous pouvez comprendre comment le Tout, comment le Un et le Multiple sont en lien, et, comment l’un est nécessaire à l’autre et l’autre est nécessaire à l’un. Parce que toutes les parties de votre corps physique et matériel sont nécessaires. Oh ! Bien sûr, enfants de cette Terre, vous allez me dire que vous pouvez vivre et avancer, même si vous avanceriez moins bien, si on vous coupe le bout du pied. Mais, ne croyez-vous pas qu’il est mieux d’être en entier ? Qu’il n’est pas une seule partie de vos corps physiques qui soit coupée, découpée, enlevée ? Toutes les parties de vos corps physique sont nécessaires, ainsi que toutes les multidimensions de vous-même, puisqu’elles représentent ces multidimensions la beauté de la Lumière de votre Tout, de votre Conscience Une.

Ainsi vous pouvez aussi envisager quelque chose dont nous aimerions que vous preniez conscience, et sur lequel nous vous invitons à méditer, à travailler, comme vous dites, mais, du moins à intégrer : chacun de vous dans son unité, dans sa multiplicité, dans sa multidimensionnalité est comme aussi, comme les cellules d’un autre corps. Ainsi vous êtes les cellules, chacun et chacune de corps plus grands, plus vastes. Et ces corps de lumière plus vastes, plus collectifs, ont nécessité de chacune des parties que vous êtes. Il est nécessaire que toutes ces parties que vous êtes soient en harmonie ; en harmonie à l’intérieur d’elles, en harmonie entre elles. Parce que, sinon que se passe-t-il ? Que se passe-t-il dans votre corps si les parties ne sont pas en harmonie ? Il y a des déchirures, il y a ce que vous nommez maladie. Il y a des pertes d’énergies, il y a des émotions qui alourdissent.

Ainsi soyez conscients que chaque partie d’un corps plus grand qui s’harmonise, harmonise et participe à l’harmonisation du Tout. Enfants de cette Terre regardez comme chacun d’entre vous, justement, est une cellule. Une cellule à l’intérieur de votre Terre, bien sûr. Votre Terre a une vie également, non pas séparée, mais différenciée, mais en même temps, vous êtes partie de son vêtement. Et, vous êtes partie du vêtement de l’Univers et vous êtes partie du vêtement de la Source. Imaginez, si vous le pouvez que tous les univers, j’ai bien dit tous les univers, toutes les dimensions, que tous les êtres , que toutes les planètes, bien sûr celles que vous connaissez en votre univers, mais en bien d’autres endroits, que toutes les constellations, que toutes les dimensions font partie et sont les vêtements d’un corps beaucoup plus grand. Qui, est en train de se rassembler, qui est en train lui aussi de danser la danse de la Vie, la danse de l’expansion, la danse du mouvement, la danse de l’Amour. Cela, vous êtes à la fois, comme chacun d’entre nous, nous sommes à la fois des parties que vous pourriez dire toutes petites, mais dont l’importance est immense, parce que cela participe à l’harmonie entière d’un monde d’univers. Cela participe à l’harmonie entière d’un cœur immense, d’une Lumière immense. Oh ! Cette lumière infinie n’a pas perdu son éclat, mais son désir, le désir de son être, le désir de sa vie, c’est de s’expanser encore. C’est que chacune des cellules de sa propre lumière s’éclaire, afin que la Lumière soit encore davantage plus grande à l’intérieur de vous. Que vous puissiez la proposer, que vous puissiez vous la donner à vous, vous l’offrir, que vous puissiez l’offrir aussi. Que toutes ces lumières, que toutes ces milliards et milliards, et milliards de milliards de lumière s’éclairent. L’embrasement d’un feu, d’un feu d’Amour, d’un feu qui n’a pas de limite, d’un feu qui ne peut se décrire, mais qui la danse unie, unique et multiple de tous les univers. Imaginez cela autour de vous, imaginez cela à l’intérieur de vous. Parce que ce qui existe dans ce que vous nommez l’extérieur a forcement son reflet et, est forcément le reflet expansé de ce qui est en vous. Et, ce qui est en vous est forcément le miroir de ce qui est autour.
Il vous a été dit, il a été dit à l’humanité et à d’autres, parce qu’il n’y pas, et vous le savez maintenant que l’humanité à l’intérieur de votre Terre, il a été dit que la macrocosme et le microcosme ne sont que les deux faces de mêmes mondes. Il a été dit que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Il a été que les choses se rejoignent, que la ligne, les lignes de démarcation doivent s’effacer, que les matrices, que les portes et les portails doivent s’ouvrir. Bien sûr elles s’ouvrent à l’extérieur, en certains endroits. Tous les portails ne sont pas ouverts, pas encore. Mais, avant cela, enfants de cette Terre, il est essentiel que vous les ouvriez, que les laissiez s’ouvrir en vous, sans crainte.

Et où sont-ils les portails qui doivent s’ouvrir en vous ?

Quels noms portent-ils ?

Q- Les vortex et centres d’énergies ?
R - Eh oui, vous les avez nommés vortex. Mais pas seulement les sept principaux, pas seulement ceux qui sont le long de la colonne vertébrale, tous les autres. Ceux qui sont sous vos pieds, ceux qui sont derrière vos yeux, ceux qui sont au fond de vos oreilles, ceux qui sont au creux des paumes de vos mains, et ceux qui sont au-dessus, ceux qui sont en dessous, ceux qui sont sur les côtés. Ne réduisez pas. Oh ! Certes, dans certaines traditions, pour ne pas dire dans toutes, pour l’instant, il n’a été gardé, transmis que sept principaux. Les autres vous les avez appelés mineurs, ils ne sont pas mineurs. Enlevez également de votre pensée, de votre cerveau ces notions de « majeur » et de » mineur ». Bien sûr, vous sentez davantage, pour la majorité d’entre vous, ces sept principaux parce qu’ils ont été davantage marqués, étudiés, honorés, contemplés, révélés. Aujourd’hui c’est l’union du Tout et c’est l’union de tous les portails que nous vous conseillons. Afin que s’ouvrent au-delà de vos corps matériel et, à l’intérieur de votre matière, les passages qui ne demandent qu’à s’ouvrir, les connexions qui ne demandent qu’à se refaire. Tout ce quoi à l’intérieur de vos corps physiques, de vos corps de matière, tout ce qui à l’intérieur de votre pensée et au-delà de vous est encore un peu endormi.
Cette décision n’appartient qu’à vous. C’est vous qui pouvez ou non vous réveiller. C’est vous qui pouvez ou non recevoir le rayon de lumière de la lumière infinie et ouvrir les yeux au rayon de cette lumière, dans la conscience de l’expansion, dans la vibration de cette expansion, dans le désir profond que vous pouvez avoir à l’intérieur de vos cœurs de cette expansion. Nous n’avons pas dit, et nous ne conseillons pas, enfants de cette Terre, de vous envoler, mais de vous expanser. Ce qui est très différent. L’expansion, vous révèle à votre vraie nature. L’envol crée la séparation. Lorsque nous parlons d’envol, c’est ce que certains appellent « sortie du corps ». Beaucoup cherchent à sortir de leur corps, alors que ce n’est pas le but.

Le but n’est pas de sortir du corps. Le but est de transformer le corps, de l’expanser, de le comprendre et de le transformer. Or, si vous voulez œuvrer à l’intérieur de l’expansion de votre corps, justement, il est important de ne pas le quitter. De le dépoussiérer, certes, comme l’on dépoussièrerai un vêtement qui a besoin d’être dépoussiéré et remis à neuf. Mais, ne jetez pas comme certains font, trop rapidement, ce vêtement, à la poubelle. Bien au contraire.

C’est votre Conscience qui l’a façonné, elle l’a façonné avec cœur, elle l’a façonné avec Amour. Elle l’a façonné à l’image d’elle-même, à l’image de ses énergies et de sa propre évolution, qui elle-même est toujours en évolution, comme chacun d’entre nous, et comme la Source elle-même. Croyez-vous que la Vie puisse s’arrêter ? Croyez-vous que la Vie puisse ne pas s’expanser, ne pas se déployer, ne pas se développer, ne pas atteindre des niveaux de Lumière encore plus grands, plus expansés ? Cela n’est pas possible, parce que sinon, cela ne serait pas  La Vie. Et, l’être est toujours en évolution. Il s’accorde à lui-même, et, il s’accorde encore, et chante de nouveau une accordance de plus en plus profonde : le battement de sa propre vie qui se chante elle-même, qui se déploie, qui se déploie encore, qui se déploie toujours. Cette vie qui est, a-t-elle eu un commencement, aura-t-elle une fin ? C’est la grande question que nous voyons se poser, surtout en ce moment, mes amis, à l’intérieur de vos cerveaux. Et, c’est le Mystère des mystère, comme disent certains. La vie a-t-elle eu un commencement ? Mais si elle a eu un commencement, qui lui a donné vie ? Aura-t-elle une fin ? La vie peut-elle avoir une fin ? Y a-t-il une réponse rationnelle et raisonnable à cette question ?
Laissez cela battre doucement à l’intérieur de vos cellules, dans tout votre corps de matière dans toutes les expansions et les multidimensions de vous, et, peut-être alors, comprendrez-vous mieux certaines choses. Et vous saurez que la vie ne peut répondre trop rapidement à ces interrogations. C’est le mental de l’humanité qui se pose ces questions, parce que peut-être que la Vie elle-même, certains d’entre vous, la vie, parfois, vous la craignez. Vous dites que vous la désirez, et, en même temps, souvent, vous la craignez. Parce que vous êtes dépassés par ce qu’elle est, par sa nature dont vous n’avez pas encore l’ultime compréhension. Vous essayez encore, à l’intérieur de cette humanité de définir la nature de la Vie. Vous essayez encore de définir la nature de l’Amour, la nature de la Source et, votre nature. Tout cela, n’est-il pas, enfants de cette Terre, fils et filles des étoiles, en dehors de toute définition ?

Vos scientifiques essayent de découper, de disséquer même, les éléments de la Vie. Et, plus ils dissèquent les éléments de cette Vie, plus ils en trouvent encore qui les étonnent, et, ils en trouveront. Ils ne cesseront pas d’en trouver. Cela est normal, parce que plus la Vie, vit, plus la vie change et se transforme, plus elle se crée elle-même, plus elle en crée d’autres, plus elle se démultiplie, plus en même temps elle garde son unité. Mais, à l’intérieur de cette unité, il y a encore des transformations. Alors, vos scientifiques, à l’intérieur de cette Terre n’ont pas fini d’étudier, de disséquer, d’essayer de comprendre, et de dire : «  tiens nous venons de trouver, du moins nous semble-t-il, un chaînon manquant ! » Mais, ils vont bientôt s’apercevoir, mes amis que derrière le chaînon manquant, il y en a encore un autre. Et, il y en aura encore un autre, et encore un autre. Il n’y a pas de chaînon manquant. Il y a des parties que vous ne saisissez pas encore. Il y a la Source des sources, et à l’intérieur de la Source des sources, il y a encore une source. C’est cela que nous aimerions tous, Créateurs, comme vous, de ces Univers, Gardiens de ces Univers, et Créateurs des Mondes que nous sommes,  vous compreniez, vous retrouviez. Parce qu’à notre image, comme nous, bien qu’à une autre échelle, cela va s’en dire, vous créez sans cesse. Votre Conscience crée, elle s’expanse en permanence. Elle découvre, elle invente et elle change souvent ses formes, ses matériaux et ses expériences. Elle s’adapte. Chaque élément du Tout et de l’Unité s’adapte à ce qui est. Et, ce qui est, est adapté et s’adapte. Parce qu’il n’y a pas de séparation, parce que les choses sont imbriquées les unes dans les autres. Parce que chaque molécule danse avec sa voisine. Chaque photon de lumière danse avec son voisin, et tout cela est un mouvement permanent, et la Vie danse avec elle-même, elle se regarde et se répond.

A l’intérieur de chaque grain de vie il y en d’autres, et, à l’intérieur de ces autres il y en aura d’autres. Chaque parcelle minuscule, la plus minuscule est le reflet de la lumière la plus grande et la pulsation de mondes infinis. Vos scientifiques le découvriront, certains commencent à en avoir la perception. Ressentez cela, enfants de cette Terre, à l’intérieur de vous. Plongez, si vous le pouvez chacun à votre manière à l’intérieur d’un petit grain de lumière pour en ressentir son immensité, son intensité, son appartenance, toute sa beauté. Lorsque vous sentez cela, lorsque vous êtes en accord avec cela, alors il n’y a plus de séparation. Parce que vous êtes, vous êtes le plus grand et le plus petit. Vous êtes chaque élément de vous-même, chaque élément de votre matière-lumière, chaque élément de la lumière-matière. Et c’est cela que vous êtes. La lumière ne peut se détruire elle-même. Elle ne peut que danser, elle ne peut que mettre en vous la Vie, la danse infinie, les formes les plus simples en même temps que les plus complexes, mais qui ,sont les figures unes, les expansions, les extensions de la lumière qui joue avec elle-même, qui aime sa propre clarté, clarté que vous êtes. Appréciez cela, intégrez cela, honorez cela. Laissez cela vous envelopper, enveloppez-le dans le sein du cœur de votre cœur, et,  dans le sein du cœur de la Source.
Il n’y a qu’une seule danse, qu’un seul mouvement et qui les contienne tous. Honorez cela à l’intérieur de vous. C’est le grand apprentissage et cela vous aidera à tous les passages : tous les passages vers vous, tous les passages vers nous et vers l’au-delà de nous, et l’au-delà du Tout. Ne craignez pas d’avancer. Craignez au contraire l’inverse. Craignez, si vous devez craindre quelque chose, de ne pas participer à cette danse. Mais la danse est inscrite en vous. Comprenez l’unité des choses. Comprenez la similarité des choses. Comprenez que l’identité est la même ! Et, honorez en vous, honorez autour de vous le nom de la Lumière, le nom de l’Amour, le nom du Tout.
Nous sommes, c’est vrai ces Créateurs de Mondes qui ordonnent la danse des choses ou plutôt nous contemplons cette danse et faisons qu’elle soit en harmonie. Mais vous êtes, vous aussi, là où vous êtes et en qui vous êtes, ces mêmes créateurs, et du moins les gardiens de votre monde. De votre monde individuel, c’est à dire de vous, en la dimension où vous êtes, en la densité de matière où vous êtes, mais aussi en d’autres dimensions. Alors, vous êtes aussi ces créateurs, ces veilleurs qui devez veiller à l’harmonie des choses autour de vous, et devez aussi aider, qui devez aussi honorer, en l’harmonie à l’intérieur de votre Terre. Ne désespérez pas, ne vous inquiétez pas. Beaucoup de choses paraissent difficiles, vous, maintenez . Maintenez cette conscience que tout est relié et que les portes peuvent s’ouvrir à tout endroit en tous moments, si vous maintenez la clé de l’ouverture, et, que les portes ne se referment pas, si vous les maintenez ouvertes dans l’ouverture du cœur de la Lumière en vous et autour de vous. Tout, parfois ne peut se comprendre avec la pensée humaine. Envisagez, comme nous vous l’avons conseillé, cette immensité, et, dites-vous à chaque instant que, malgré ce que vous pouvez voir, l’ordonnement, l’ordonnancement est en train de se poser. N’insistez pas sur les parties sombres à l’intérieur de vous ou bien à l’extérieur. Il ne s’agit pas bien sûr de vous cacher les yeux, de vous boucher le nez, de vous boucher les oreilles, non. Mais, regardez cela comme de la lumière qui danse, et qui attend d’être remodelée.

Sentez encore cette expansion.
Sentez encore votre Conscience en lien avec la grande Lumière à l’intérieur de votre univers.
Et, laissez cette grande lumière vous offrir son intensité.
Ainsi, vous comprendrez que la plus petite des choses est aussi lumineuse que la plus grande.
Et, que la plus grande donne son intensité à la plus petite.
C’est de cela que les mondes sont faits.
C’est de cela que l’Amour est fait.

Et c’est pour cela que la Vie est Une et, ne peut pas disparaître.
          
Que la Paix, enfants de cette Terre, soit dans vos cœurs !

Ce texte peut être reproduit à condition de citer le nom de Kara-Alia et le site:

http://la.source.stellaire.over-blog.com

Merci.
                                  Kara-Alia

jeudi, juillet 19, 2012



Le son de notre Nom – Sages de Sirius C -

Ceci est une Recommandation du Haut Avancé des Sages de Sirius C – A :
Appelez-vous les uns les autres par le Nom que votre coeur sait.
Ceci n’a pas lieu ni source dans les choix ou idées de votre ego aidé de vos supputations mentales, mais par la vibration simple et authentique de Ce qui est votre Essence véritable.
Vous pouvez jeter certains noms de fantaisie que parfois vous auriez adoptés comme « nom d’âme » ou « nom céleste ». Même si ces vocables ont pu vous être utiles pour vous penser ou vous voir vous-mêmes autrement, ils vous ont limités dans une identité illusoire qu’il est grand temps d’abandonner,  car votre Vérité appelle votre vérité entière.
Voici donc ce que vous savez et croyez ne pas savoir. Le pouvoir des sons est indéfectible et absolument vrai, et il importe que votre identité sonore soit juste et résonne en parfaite harmonie avec votre Essence authentique, n’est-ce pas !
Votre Nom est en vous, il est su par votre coeur et il peut vibrer d’autant mieux qu’il ne sera pas refusé ou masqué par votre moi humain; ni travesti de dissonances par les sons apposés par une quête empreinte des questionnements et complaisances des egos.
Nul autre que votre propre coeur n’est apte à vous nommer, si ce n’est la voix authentique de votre origine céleste inscrite vibratoirement en votre patrimoine « génétique ».
Nous ne vous proposons pas un acte impossible : il n’y a pas à « chercher » un nom, que votre pensée ou mental ne saura discerner parmi les doutes et les fausses certitudes importées par diverses croyances encore imprimées. Il y a en vérité à accepter une résonance, un pacte avec votre véritable identité sonore et vibrante, qui très certainement va vous être « révélée » intérieurement si ce n’est déjà réalisé, et qui vous appellera très simplement et directement, intérieurement… Cela de même vis à vis de tous et de chacun.
Cet appel certes est/sera intérieur mais se manifestera extérieurement par votre regard, votre souffle, la vibration échangée ou partagée des coeurs libérés de leurs limitations sonores. Car, s’il s’agit bien d’un appel intérieur, il s’agit bien néanmoins d’une configuration sonore… De même que votre coeur entend à travers un chant d’oiseau, la vibration d’une voix, ou une musique : votre coeur entend et reconnait les sons inaudibles à l’oreille qu’émet un autre coeur, ou un individu quel qu’il soit.
Dans la symphonie parfaite de l’Un chaque note vibre sa justesse en tant qu’individualité – quelles qu’en soient les formes et les natures corporelles… Ainsi Très Chers voici que cet appel en vous-mêmes de votre véritable identité se joint à la Perfection de cette symphonie, et qu’alors tout est juste. Et que vous vous reconnaissez les uns les autres et savez ou saurez vous appeler, tant vous-mêmes que les uns les autres, de vos justes Noms.
Vibrez. Soyez. Reconnaissez-vous.
Alleluia. Amen.
via Christine Anne K. le 18 juillet 2012
Ces messages sont faits pour être partagés à condition cependant, et ce dont nous vous remercions, que leur contenu et leur forme soient intégralement maintenus et leur source dûment mentionnée : http://voixdelumiere.fr

dimanche, juillet 15, 2012

Les éruptions solaires et moi et moi et moi !!!


EFFETS DES ÉRUPTIONS SOLAIRES SUR LA CONSCIENCE HUMAINE

Heather Carlini 

L’activité solaire est connue pour influencer la conscience humaine. Les éruptions solaires affectent le système nerveux central, toute l’activité du cerveau (y compris l’équilibre), ainsi que le comportement et toutes les réponses psycho-physiologiques (mentale, émotionnelle et physique). Les éruptions solaires peuvent nous rendre instables, anxieux, inquiets, nerveux, sujet aux vertiges, aux tremblements, irritables, léthargiques, épuisés, affligés de pertes de mémoire, de palpitations, de nausées et de tournis, et le dernier mais pas le moindre, d’avoir une pression crânienne constante et des maux de tête; avez-vous connu l’un de ces symptômes ces derniers temps?
Les éruptions solaires et les vagues de photons modifient la structure de notre réalité physique car ils ont un effet puissant sur les cellules du corps, permettant à nos mémoires cellulaires de s’éveiller et de voir clair. Nous vivons souvent ceci quand le corps chauffe sous la forme de “bouffées de chaleur.” Les émotions basiques se logent dans nos cellules sous forme d’énergie à basse fréquence par suite d’expériences et de traumatismes jamais intégrées, pour se stocker en tant que mémoires cellulaires. L’énergie photonique possède une fréquence beaucoup plus élevée qui relève la fréquence émotionnelle. Ainsi, nous nous libérons de ces émotions basiques de tristesse et de chagrin sans savoir pourquoi. Ces périodes durent environ vingt minutes et nous nous demandons d’où proviennent ces sentiments de cafard. Notre modelage interne est connecté à la conscience cellulaire et lorsque ce modelage est amplifié par des énergies photoniques, différents éléments s’échappent de notre conscience et nous commençons à nous souvenir du but de notre âme. Nous sommes amenés à apporter des changements dans notre vie mais nous ne comprenons pas vraiment pourquoi.
Le fait intéressant à propos de cette énergie, c’est que depuis que sa fréquence s’est élevée, elle nous donne le pouvoir de manifester immédiatement nos pensées, ce qui signifie que tout ce que nous pensons, nous le créons instantanément. Ce n’est jamais arrivé dans notre vie et c’est pourquoi beaucoup de gens écrivent des livres sur le pouvoir d’attraction.

L’énergie photonique se branche à nos pensées, il est donc important de savoir ce que nous voulons, plutôt que le contraire, sinon nous allons manifester surtout ce que nous ne voulons pas. Si vous êtes dans un processus de changement et de transformation, cette énergie fonctionne bien pour vous. D’un autre côté, si vous êtes coincé dans le passé par une attitude de victime et par de la colère, vous manifesterez davantage de raisons pour rester coincé dans cette persécution jusqu’à être prêt à vous en libérer.
Note: Les textes anciens, y compris la Bible, nous disent de regarder vers le ciel comme le créateur d’un catalyseur apportant des changements sur Terre.
Les effets des récentes éruptions solaires
Beaucoup de gens se sentent depuis peu agités et mal à l’aise. Les éruptions solaires peuvent briser les vieux schémas inutiles afin que de nouveaux puissent émerger. Cela peut nous rendre hyperactifs et épuisés tout à la fois. Cela peut également causer des ravages avec la technologie comme les ordinateurs.
Nous commençons à remarquer plusieurs nouveaux symptômes. Le temps et l’espace commencent à vaciller de manière encore plus erratique que par le passé. Nous semblons perdre la notion du temps. Nous perdons nos mots en parlant. Beaucoup d’entre nous dorment mal. . . à nouveau. On se tourne et retourne pendant la nuit et beaucoup de gens font des rêves inhabituels. Notre corps vit des hauts et des bas sur le plan de l’énergie. On entend parler de nausées, de douleurs et de vertiges. Beaucoup de gens éprouvent un sentiment de tristesse accablante. Certains se sentent comme s’ils marchaient sur l’eau. D’autres disent que quand ils ferment les yeux la nuit, tout tourne. Des personnes rapportent des troubles visuels, des problèmes d’oreille interne, des bourdonnements d’oreilles, des problèmes de gorge et de thyroïde, des pieds froids, et même un symptôme bizarre de langue sèche.
Éprouvez-vous l’une ou l’autre chose ? Il n’y a pas de quoi avoir peur…juste en prendre conscience, se reposer davantage et boire beaucoup d’eau. Et quoi que vous fassiez, gardez à l’esprit que nos systèmes sont en révision, d’une manière qui nous permettra en fin de compte de résonner à une fréquence beaucoup plus élevée.
Traduction Helios

Photo internet

vendredi, juillet 13, 2012

Science et Conscience un pas vers l'Unification...


Chers ami(e)s,

Cette "vidéo témoignage" pourra satisfaire ceux et celles qui ont choisi une voie d'approche de la vie plus scientifique tout en satisfaisant ceux et celles qui l'aborde plus holistiquement.


John présente le lien entre "Science et Conscience".
La théorie scientifique du "Champ Unifié" est la forme mathématiques de ce qu'il est possible de vivre au niveau de la conscience humaine. 
Il réconcilie le cerveau droit et le cerveau gauche de chaque humain en UN seul et Unique Cerveau accédant au SUPRA MENTAL et ainsi à l'accès à L'ÊTRE.
Cette ré-UN-ification à titre UN-dividuelle ne fait que pré figurer celle à titre collectif...
Je vous laisse en sa compagnie.
Puisse cette écoute ouvrir en chacun  de vous des portes encore fermées ou de finir d'ouvrir des portes déjà entre ouvertes.
Vos ressentis seront appréciés
Amitiés

Sosefo "Life is life" 
Alès France
De la vie sous toutes ses formes...


******************************

samedi, juin 30, 2012

La Santé, Maître Hilarion


Et si nous étions plus riche que l'on croit !!!
Pour l’être humain, la santé est un atout majeur. Si la santé fait défaut, elle a la même répercussion que la pauvreté. L’être n’est plus libre et il se préoccupe en permanence de sa santé.
Quoi faire et quoi dire à un être qui souffre, qu’il a participé à sa souffrance ? Certainement pas. Ou bien si cet être a de lui-même une grande ouverture. La souffrance accomplie quelques fois des miracles en aboutissant à la foi. Car l’être qui souffre a peur de mourir. Alors, la chance si nous pouvons appeler ce moment une chance est l’être en souffrance s’éveille à la spiritualité. Il prend conscience que des possibilités existent et elles ne sont pas humaines. Croyez-moi, l’être en souffrance est prêt à croire ce que vous voulez bien lui dire. Il va même vous demander de prier pour lui alors qu’il ne croyait en rien, surtout pas à une vie en dehors de sa vie sur terre.
Combien de fois avons-nous vu, un être souffrir l’enfer comme vous dites, et prendre en même temps le parti de parler à Dieu. Tout un paradoxe, n’est-ce pas ? Et bien cet accomplissement vers une prise de conscience est certainement la meilleure et la plus efficace mais non la plus agréable. Pourquoi l’être humain est-il prêt à souffrir pour enfin s’éveiller aux possibilités d’un monde meilleur. Je comprends la souffrance mais pourquoi ce choix.
L’être humain ne mérite-il pas de vivre en santé, heureux, prospère et en paix. La paix n’existe plus dans la souffrance. Le bonheur n’existe plus dans la souffrance. Quel est l’intérêt d’un être à souffrir consciemment ? Aucun. Mais inconsciemment, certainement plusieurs. Aujourd’hui est un monde stressé et l’inconscient, c’est que l’être humain n’est pas conçu pour le stress, et même si vous pensez que c’est la vie qui veut ça. Oubliez-le pour un instant. Pourquoi courir toute votre vie pour la richesse, pour l’abondance que vous gaspillez ou bien pour votre famille. Combien d’entre vous ont l’excuse de la famille pour courir tout le temps ? Beaucoup. Et bien, moi je vous dis que c’est simplement par orgueil, pour grandir votre ego que vous voulez toujours plus.
L’être humain n’est pas vraiment généreux pour lui-même si ce n’est pour paraître. Le paraître est tellement important pour vous, et vous êtes nombreux, que certains en perdent la vie, juste pour paraître. Votre santé est un droit et un cadeau que vous vous faites en tant qu’être divin. N’attendez pas de la perdre pour en être conscient. Il va falloir aux êtres humains en général de nombreuses prises de conscience afin de comprendre que l’être divin ne vient pas s’épanouir dans une relation de maladie. Cela dit, je constate que de trop nombreux étudiants, qui eux devraient être conscients et en santé, sont également malades. Cela ne doit pas se faire, car l’être qui comprends doit avoir présent à l’esprit que la santé est indispensable sur le chemin de l’évolution. Si cela est important pourquoi ne pas lui accorder suffisamment de temps pour l’améliorer et bien sûr, la conserver.
Imaginez un monde exempt de maladie, de souffrance. Croyez-vous qu’il existerait encore des laboratoires et un commerce de la souffrance ? Non, certainement pas. Alors réveillez-vous et prenez votre santé en main. Seul ceux qui ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre ce qu’est la loi d’attraction s’approprient la souffrance et la maladie. Si vous pensez paix, bonheur, abondance, prospérité, alors vous allez garder votre santé. Car la maladie n’a aucune chance de vous rencontrer. Prenez conscience de ceci et regardez vos cellules avec le rayon violet. Faites circuler la santé, le bien-être et soyez heureux. Changez peut-être votre alimentation si elle ne convient plus et faites ce qui est nécessaire pour avoir une vie saine.
La santé est un mode de vie, une philosophie et celle que vous apprenez est la force dont vous avez besoin pour l’appliquer. Le choix de votre fonctionnement doit être de penser bien, de vivre bien, d’être bien, donc, un travail équilibré avec le repas nécessaire, la chaleur de votre foyer et la compagnie de votre famille, tous en santé, est un bon choix que vous devez faire. Car si vous comprenez que pour servir Dieu en vous et aider les Maîtres et la terre, ainsi que les humains à devenir conscients et éveillés, vous avez le choix. Choisir la santé est obligatoirement le chemin qu’un être humain éveillé doit faire. Donc, voir son travail pour ce qu’il est, un moyen de nourrir et de faire vivre sa famille le mieux possible. Mais est-il nécessaire d’avoir des montagnes de choses inutiles ou des aliments qui vous nuisent ou bien trop d’activités qui éliminent votre temps de détente ?
Comprenez moi bien, seul un être qui a une vie saine est apte à être un bon étudiant car à long terme, sa santé sera excellente et son service envers sa famille et l’humanité parfaite. Ce choix est un choix que vous devez faire en conscience et mettre en place le processus qui favorisera cette décision.
Seuls ceux qui ont compris la valeur de l’être humain en général savent se retirer du gaspillage en tout temps, en sorties, en santé, en sport, en nourriture, en dépense. Cet être est un sage qui prend le temps de vivre sainement avec sa famille et pour lui-même, profiter d’un coucher de soleil, profiter d’une marche dans les bois ou bien d’un bon repas sain et équilibré, d’un travail agréable avec des heures raisonnables. En clair, une vie équilibrée. Que faut-il vous dire de plus pour vous aider à choisir cette vie magnifique. N’attendez pas que votre santé disparaisse pour faire les changements nécessaires. Ayez cette prise de conscience maintenant et mettez tout en œuvre pour réaliser ce mode de vie.
Vous êtes des êtres intelligents et responsables, alors faites que votre monde devienne le reflet de votre vie personnelle. Elle est pour l’instant le reflet de la pensée mondiale et voyez où vous en êtes. Tous les abus existent à l’heure actuelle. Toutes les sortes de gaspillages sont couramment constatées. Comment croyez-vous changer le monde si vous continuez à suivre les propositions d’achat de bien-être illusoire qui vous sont offerts partout et pourquoi tous ceux qui peuvent vous faire marcher dans leurs sens arrêteraient ? Ils profitent de votre inconscience et tant que vous resterez inconscients de vous-même, de vos besoins réels et de votre santé sans produits chimiques, vous serez le seul responsable de ce monde.
Voilà votre responsabilité et comprenez que les retombées sont très loin de votre propre santé. Vous voulez que le monde change, parfait ! Alors commencez par changer vous-même et le monde autour de vous changera. Un point c’est tout !
Je vous souhaite toute la santé que vous méritez en tant qu’enfant divin.
J’ai dit le Maître Hilarion.
Reçu par Chrystal
source: Terre Nouvelle

samedi, juin 16, 2012

La physique nouvelle et l’expérience mystique du « corps cosmique » par Robert Linssen

Chers amis, 

Réconciliation de "Sciences et Consciences", "physique et vision mystique"...
Des éléments de réflexion qui peuvent nous éclairer.
Des éléments qui nous ouvrent sur une nouvelle vision de qui nous sommes... et du monde dans lequel nous sommes.
Et,
Si le bonheur était là depuis toujours et que c'est notre seule vision limité qui nous en séparait. 
Si les grands mystiques voyaient plus juste et plus profondément que les scientifiques trop mentaux.
Et...
Si nous étions acteur et spectateur et en présence d'une nouvelle vision plus proche du monde

Amitiés,

Sosefo "Life is life" Alès France
De la vie sous toutes ses formes...












******************************

La physique nouvelle et l’expérience mystique du
« corps cosmique » par Robert Linssen
Vendredi 15 juin 2012
Par milena

(Revue Epignosis. No III, 1er Cahier. Février 1984)

C’est d’une façon complètement inattendue que l’évolution rapide des sciences actuelles confirme chaque jour davantage le bien-fondé des expériences mystiques.
Cette convergence résulte principalement de la physique. Elle est d’ailleurs soulignée par de nombreux physiciens de réputation mondiale. Comme le déclare Gary Zukav: « La seule grande révolution du siècle s’est faite dans la physique ». Celle-ci donne une vision entièrement nouvelle de la nature réelle de l’Univers et de l’être humain.
Dans l’optique des physiciens d’avant-garde, tels David Bohm, Fritjof Capra, Geoffroy Chew, et les Prix Nobel Brian Josephson ou Eugen Wigner, l’Univers est considéré comme l’unité organique d’un seul et même Vivant. Le processus de vie de ce géant cosmique se manifeste par un immense réseau de milliards de relations entre des éléments apparemment séparés, mais complètement interdépendants.
L’ancienne physique accordait un caractère de priorité à des corpuscules qu’elle considérait comme des éléments constitutifs nettement individualisés. La nouvelle physique quantique dépasse cette vision dite « réductionniste ». Celle-ci considérait l’édifice universel formé par des « briques » ultimes douées d’une certaine autonomie. La physique nouvelle nous montre qu’au contraire une approche différente s’impose: celle d’une vision globale, dite « holistique ».
Les constituants ultimes de la matière n’auraient qu’ »une tendance à exister ». La plupart des phénomènes qui nous sont familiers, tels que surfaces, solidité, immobilité, ne sont que des phénomènes interférentiels conditionnés par la situation d’observateurs utilisant des échelles d’observation particulières.
Mais du fait que nous avons dès notre naissance pris contact avec le monde extérieur par nos perceptions sensorielles, ces premiers contacts ont eu sur nous une influence prédominante qui se poursuit généralement durant toute notre existence. Tout en ne niant pas cette échelle de valeurs, nous devons admettre qu’il on existe une autre profondément révélatrice.
Comme le disait Bergson, « notre logique, née dans les solides, est une logique des solides ». Mais voilà que la logique quantique nous révèle que rien n’est solide au sens où nous le percevons et concevons généralement. La solidité n’est qu’un phénomène interférentiel d’ondes entre observateurs et objets observés.
Mais il y a plus encore. On avait considéré jusqu’à présent que les corpuscules atomiques comportaient simultanément deux aspects opposés mais complémentaires: dans certaines expériences, l’électron manifestait les caractères spécifiques d’un corpuscule, tandis que, dans d’autres expériences, il se manifestait comme un pur rayonnement. On en concluait que l’électron englobait simultanément deux propriétés, celle d’une onde et celle d’un corpuscule. La notion de complémentarité, introduite par Niels Bohr, a été reprise et complétée par la mécanique ondulatoire qui valut au prince Louis de Broglie le Prix Nobel en 1925.
Mais les physiciens vont beaucoup plus loin. Tout en ne contestant pas les principes qui viennent d’être rappelés, ils envisagent d’aller bien plus en profondeur.
La physique quantique nous oblige en effet à considérer que l’aspect corpusculaire n’est aussi qu’un phénomène interférentiel. Il résulte de l’interférence de l’aspect ondulatoire avec un obstacle ou un observateur qui « existentialisent l’aspect corpusculaire », selon l’expression d’Olivier Costa de Beauregard. L’évidence de ce qui vient d’être dit est démontrée par le fait que, dans sa tentative de formulation du champ unitaire, Werner Heisenberg a supprimé le facteur de masse qui avait été introduit auparavant par le soviétique D. Ivanenko, et avant lui par Paul Dirac.
Le facteur « masse », déclarait Werner Heisenberg, est inutile, car, dans « un champ véritablement unitaire», il ne peut exister de points privilégiés ni dans l’espace, ni dans le temps. La masse ne peut apparaitre et ne peut être évaluée qu’en interférence avec des localisations privilégiées — ou « apparemment privilégiées » — de l’énergie.
Le sens original des valeurs de la nouvelle physique se trouve d’ailleurs remarquablement résumé par Gary Zukav qui écrit (La danse des éléments, Robert Laffont, 1982):
« La théorie quantique des champs est fondée sur le postulat que la réalité physique est essentiellement non substantielle. Selon cette théorie quantique des champs, seuls les champs sont réels. Ils sont le substrat de l’Univers, et non la matière. La matière — les particules — n’est tout simplement que la manifestation éphémère de champs interagissant, qui, pour intangibles et insubstantiels qu’ils soient, demeurent les seules choses réelles de l’Univers. Leurs interactions prennent l’aspect de particules parce que ces champs interagissent de façon très abrupte et dans des régions de l’espace très réduites ».
Les grands bouleversements que la physique nouvelle provoque dans notre vision du monde ne proviennent pas seulement de la mise en évidence d’une Réalité intemporelle, a-causale, en perpétuelle pulsation créatrice, de nature spirituelle. Le facteur le plus important réside dans le fait que les physiciens les plus audacieux, tels David Bohm, Fr. Capra, et bien d’autres encore, accordent un caractère de priorité fondamentale à cette Réalité par rapport aux apparences multiples dites « surfacielles » qui nous sont familières.
Et ce n’est pas tout. Il y a aussi le fait que David Bohm et plusieurs physiciens de pointe considèrent que le monde extérieur qui nous est familier est « in-substantiel », et que « seul le Réel est suprêmement tangible ». C’est en lui que se localise la plus haute concentration d’énergie.
Nous reproduisons ci-après quelques fragments des déclarations de David Bohm au Colloque de Cordoue (Science et Conscience, Stock, 1980, pp. 108-109), reprises d’ailleurs dans son ouvrage fondamentalWholeness and the Implicate Order (Londres, Kegan, 1980):
« Toute cette énergie est présente dans l’espace vide, et la matière, telle que nous la connaissons, n’est qu’une petite ondulation sur cette mer immense. Celle-ci se situe dans l’’ordre impliqué’' et nullement en mode essentiel, dans l’espace et le temps. Pourtant, c’est la totalité de l’Univers, comprenant l’espace, le temps et la matière connus de nous, qui se manifeste dans cette ride légère.
« La matière en tant qu’elle serait faite de formes particularisées de cette plénitude se propagerait au sein de celle-ci comme si elle était vide.
« L’idée suggérée ici est que ce que nous percevons par nos sens comme un espace vide est en réalité la plénitude qui constitue le fondement de toute existence, y compris la nôtre. Les objets perçus par nos sens sont des formes dérivées dont la véritable signification ne peut être saisie que par référence à la ‘plénitude’ dans laquelle ils ont été engendrés et maintenus avant de s’y résorber fatalement à la fin ».
Nous rappellerons ici qu’Einstein considérait également que l’univers manifesté n’était qu’une « ride »provisoire à la surface d’un champ fondamental.
Le fragment le plus saisissant de la déclaration de David Bohm concerne le renversement complet du sens et des valeurs que nous accordons au mot « réalité ». Il écrit (Science et Conscience, p. 105): « L’’ordre impliqué’ implique assurément quelque chose de hautement subtil et d’intangible.
« Or, c’est ce fondement subtil et impalpable que nous proposons de prendre comme base et source fondamentale d’action. Nous l’avons vu: ce qui est tangible en est ensuite abstrait comme un sous-ensemble qui n’est que relativement indépendant, récurrent et stable.
« C’est là un renversement complet de la procédure habituelle: au lieu de dériver le subtil comme une forme abstraite du tangible, nous dérivons le tangible comme une forme abstraite du subtil ».
Ce fragment constitue l’un des passages les plus importants de l’œuvre de David Bohm.
Nous comprenons maintenant l’erreur qui consistait à nous situer a priori dans le monde des apparences extérieures conçu comme centre de l’univers, et, de ce domaine familier considéré faussement comme une «terre ferme », à envisager vaguement l’essence ultime de la matière en tant que très hypothétique et placée vers la périphérie. La physique quantique nous montre l’absurdité de cette situation. Nous sommes en réalité au niveau d’une périphérie très « insubstantielle », et le « centre » représente le côté le plus intensément actif de l’Univers. C’est en lui que se localise la plus haute énergie. Signalons cependant que cet aspect « de profondeur » est complémentaire de l’aspect surfaciel, et que c’est au niveau de ce dernier que l’Acte créateur de la plus haute énergie s’exprime en l’homme et par l’homme. Nous avons développé ailleurs ce point de vue important.
Il y a une dizaine d’années déjà, grâce aux travaux de Raymond Ruyer (La Gnose de Princeton, Fayard, 1974), nous avons eu un premier écho d’un nouveau sens des valeurs. Les « gnostiques de Princeton » — qui comprennent une majorité de physiciens —déclaraient que le monde extérieur qui nous est familier n’est que l’ «Envers multiforme » d’un « Endroit unique et fondamental » qui en est la base essentielle. En outre, cet « Endroit » existe sous la forme d’un « champ de conscience cosmique » de nature spirituelle.
Ce bref tour d’horizon qui vient d’être fait des conséquences philosophiques, psychologiques et spirituelles de la nouvelle physique quantique nous permet de mieux saisir les similitudes existant avec certaines expériences mystiques. Dans le cadre de celles-ci, la priorité du monde spirituel par rapport aux apparences du monde extérieur n’est pas le résultat de spéculations intellectuelles ou scientifiques. Il s’agit d’un processus d’expériences vivantes dépassant les concepts et les formulations de la science. De nombreux savants commencent à l’admettre. Parmi les plus célèbres, G. F. Chew, professeur à l’Université de Berkeley et père de la fameuse théorie physique du « bootstrap », déclare très courageusement (Cité par Gary Zukav, op.cit., p. 324) :
« Notre combat présent avec certains aspects de la physique avancée n’est peut-être qu’un avant-goût d’une forme complètement originale d’effort intellectuel humain, qui s’établirait non seulement en dehors de la physique, mais qui ne pourrait même plus être décrit comme ‘scientifique’ ».
L’expérience du silence intérieur complet, résultant non d’un acte de volonté, mais d’une vision pénétrante, constitue la condition essentielle d’une disponibilité aux richesses du champ de conscience cosmique. Les formulations ne peuvent nous y aider. L’évolution prodigieuse des sciences et de la physique peut néanmoins nous aider à prendre la bonne direction en nous démontrant que l’Univers et l’être humain sont bien autre chose que ce que nous avons pensé qu’ils étaient. Mais un « saut » intérieur est à faire. Une sorte de toucher intérieur, plus vivant que les concepts, peut nous révéler, dans une perception globale immédiate, le potentiel pratiquement inépuisable de l’énergie spirituelle formant notre être véritable. Ce n’est qu’à partir de cet instant que nous commençons à vivre la « conversion » que nous suggère la science, et dont les traditions mystiques ont été les interprètes.
Dans les spiritualités orientales, le champ de conscience cosmique est évoqué par trois termes sanscrits très connus: SAT – CHIT – ANANDA.
SAT se réfère à l’Être: l’Être intemporel, a-causal, existant par Lui-même, très différent du climat suscité par les verbes « avoir », « avoir plus », « devenir », qui nous sont trop familiers.
CHIT évoque une Conscience infinie, nouménale, inconditionnée, très différente de la conscience égoïste qui nous est habituelle. Celle-ci est épiphénoménale, conditionnée par nos mémoires, notre hérédité, notre milieu, notre éducation, notre structure cérébrale.
ANANDA est un terme suggérant l’état de félicité, félicité existentielle cependant, quoique demeurant consubstantielle à l’Essence suprême des êtres et des choses. ANANDA peut être aussi considéré comme une forme supérieure de ce que nous éprouvons à l’échelle humaine comme « amour ».
Le Dr Harold Kelman de New York, neurologue et psychiatre de réputation internationale, déclare à ce propos lors du récit d’une expérience (Dans R. Godel, De l’humanisme à l’humain, Les Belles Lettres, 1963) :
« Je sens que dans ces éclairs d’illumination de la Réalité moi-même et d’autres avons pu saisir des lueurs de ce qui est impliqué dans l’homme ‘éveillé’.
« En passant par des séquences répétées de tels états de communion, moi-même et d’autres avons éprouvé l’expérience de cette position axiale, intemporelle, plus fréquemment, plus profondément.
« Ces moments comportent trois des attributs de l’expérience transcendante des ‘libérés vivants’ en Inde.
Leur venue est soudaine et inattendue.
- Ils opèrent instantanément une transformation significative du comportement.
- Ils sont dépourvus entièrement d’images et souvent de contenu intellectuel.
« C’est un état d’infinie disponibilité et de possibilité d’être relier par quelque chose de profond en moi. Je ne peux pas faire que cette expérience se produise, ni assurer qu’elle se produira. Car, par définition, ce qui est véritablement spontané est imprévisible et incontrôlable ».
Dans la réalisation authentique de cet « état d’être », nous expérimentons le caractère de priorité de l’essence ultime des choses par rapport aux apparences du monde extérieur. Nous pourrions ajouter aux commentaires du Dr Harold Kelman quelques détails qui nous semblent utiles afin de préciser ce qu’apporte le vécu de cette expérience fondamentale.
Lorsque le silence mental est parfait, une véritable mutation psychologique et spirituelle se produit. Elle s’accompagne instantanément d’un déplacement ou d’un transfert du centre de la conscience, généralement éprouvé dans le cerveau avant l’expérience, vers le « plexus solaire » et le « Hara ». Lorsque cette expérience est pleinement vécue, ce transfert du centre de la conscience est définitif. Il n’est pas le résultat d’un acte de volonté de l’ego.
Cet état d’être comporte une très grande énergie spirituelle, une félicité, une clarté, et le vécu d’une pulsation extatique, qui ne sont pas dus à un travail quelconque de l’ego, quoiqu’ils se manifestent dans ce qui reste de lui.
Dès lors, nous avons tendance à ériger notre seule demeure au niveau de cette ultime Réalité, tout en ne perdant pas le contact avec le monde extérieur. Il semble au contraire que nous l’apercevons pour la première fois dans sa signification réelle et avec sa part paradoxale d’éternité et de relativité. Tout en vivant dans le monde, nous ne sommes plus prisonniers de la seule apparence des choses ni de la nôtre. Nous sommes enfin délivrés de notre « exil ».
L’intensité du vécu expérimental de cet état d’être suprêmement naturel nous donne par-dessus tout le sens d’une corporéité cosmique. La notion de « Corps cosmique » a été de tous temps évoquée dans les formes supérieures de la plupart des expériences mystiques. Ainsi que l’exprime le lama Govinda (Les fondements de la mystique tibétaine, Albin Michel, 1960, p. 318) :
« Pour l’homme éveillé, dont la conscience embrasse l’Univers, l’Univers devient son propre ‘corps’, tandis que son corps physique devient une manifestation de l’esprit universel, et sa vision intérieure une expression de la Réalité suprême… »
Le bouddhisme évoque la notion de corps cosmique dans l’expression très connue de « Corps de Bouddha », qui ne désigne pas le corps d’une personne divine, mais le caractère prioritaire d’une Réalité spirituelle à la fois omniprésente, omni-pénétrante, intemporelle et a-causale. Le brahmanisme et l’advaita vedântin utilisent souvent le terme sanscrit de Dharma-kâya, qui signifie « Corps de Vérité ». Le christianisme emploie l’expression de « Corps du Christ », et l’Eucharistie manifeste clairement la notion de « chair cosmique ».
Il est intéressant de souligner que l’un des éminents physiciens d’avant-garde, Fr. Capra, professeur à l’Université de Berkeley, déclare à ce propos (Le Tao de la physique, p. 310):
« L’expérience du CORPS est, en fait, privilégiée dans bien des traditions orientales, et considérée souvent comme la clef de l’expérience mystique du monde. Lorsque nous sommes en bonne santé, nous ne sentons aucune fragmentation de notre corps, mais nous le percevons comme un tout unifié, et cette conscience engendre un sentiment de bien-être et de bonheur. De façon semblable, le mystique perçoit l’intégralité de l’univers comme un prolongement du corps ».
+ + +
Nous terminerons ce très bref commentaire sur l’expérience mystique du « Corps cosmique » par la reproduction d’un poème confirmant pleinement ce que nous apporte le vécu de cet état simple et naturel. R. Nirmayananda Dorje écrit (La Divine Féerie. Passion transcendantale de l’état sans ego):
« O Vie immense et sans borne!
Immortelle et radieuse Splendeur,
Tu es désormais mon unique CORPS!
Tu es mon unique demeure!
En une lumière véritablement divine
Je suis à jamais transfiguré…
Et je transfigure toutes choses,
En termes de l’Éclair éternel que je suis!
Au cœur de la pierre froide
Je suis le Feu divin
d’un Amour inconnu!
Au-delà du visage glacial
des êtres où la Mort a fait son œuvre…
Je suis la Flamme de Vie divine
Qui brille sans fin
Bien au-delà de tout ce qui naît…
Et de tout ce qui meurt!
Au cœur de la branche morte
Qui porta tant de sève, de fleurs,
et de fruits,
Je demeure la Lumière suprême
d’un éternel Printemps…
L’Univers est mon CORPS!
Mon seul CORPS!
CORPS de béatitude infinie et d’Amour! »
Est-il utile de rappeler ici les trois mots, émouvants dans leur simplicité, par lesquels les anciens Maitres chinois désignaient cette réalisation que tant d’êtres humains considèrent malheureusement comme inaccessible?
« RETOURNER CHEZ SOI ».